Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cette semaine, chers lecteurs de , vous n'avez pas épargné Emmanuel Macron dans vos commentaires ! L'article de Georges Michel « La Finlande dans l’OTAN : le terrible engrenage vers la guerre » a particulièrement réveillé votre colère qui couvait depuis la réélection du président. Josee perlaut ne mâche pas ses mots : « En votant Macron, les Français ont voté pour la destruction du pays. » Le PRIMITIF renchérit : « Des irresponsables malfaisants sont aux commandes de la France, nous pouvons donc craindre le pire pour notre pays. »

Cette rancune après la défaite s’est à nouveau ressentie dans les commentaires de l'article d’Arnaud Florac « France, 2022 : la guerre civile en bas de chez vous ». Tureverbere ose une question rhétorique : « Comment ne pas éprouver une rage infinie face aux mensonges, aux dénis, à l’aveuglement, à la lâcheté, à la vénalité de tous ceux qui ont fait ça, qui ont laissé faire ça, qui en ont fait leurs bonnes affaires ? »  BERAUDO-MARCH constate que « les fractures sont devenues des plaies béantes sur lesquelles Macron et ses aides islamo-gauchistes de LFI versent du sel ».

Quand Nicolas Gauthier retrace les soupçons autour du directeur de cabinet d’Élisabeth Borne (« Aurélien Rousseau, directeur de cabinet d’Élisabeth Borne : déjà des soupçons de conflits d’intérêts ? »), le sentiment de rupture de confiance, qui pousse beaucoup de nos contemporains à l’abstention, vous étreint vous aussi : « La République des copains et des coquins. “Conflit d’intérêt”, c’est la nouvelle façon pudique de dire “corruption” », note Lechonch. Jeanlg75 semble quant à lui très pessimiste : « La France me fait, de plus en plus, penser au Titanic qui vient de se fracasser sur un iceberg. »

Enfin, vous êtes nombreux à souligner le « panache » d'Éric Zemmour, évoqué par Marc Baudriller dans son article « Zemmour relève le défi des législatives dans le Var : les raisons d’un baroud d’honneur ». Pipo56 approuve sa candidature dans le Var : « Z a raison. Même s’il est battu, ce sera avec panache et, généralement, le panache finit toujours par payer. Surtout que, comme il le dit, son programme était le seul à être un vrai programme “de droite”. » Raymileg ose même une référence historique au sujet du défi d'Éric  pour les législatives. Il imagine qu’il lui aurait été plus dommageable de refuser d’y aller : « Il fallait se douter qu’il irait. N’est pas admirateur de Napoléon qui veut. Même s’il échoue, personne ne pourra nier son cran, j’entends d’ici les fabulateurs nauséabonds s’il avait reculé. »

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :