Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les députés vont en effet se prononcer à nouveau
sur l’allongement du délai légal pour se faire avorter…

 

… et sur l’abrogation de la clause de conscience des médecins !

 

Madame, Monsieur, cher ami,


Etes-vous au courant qu’il sera bientôt légal de broyer le crâne d’un bébé de 14 semaines ?

 

Et savez-vous que les gynécologues seront obligés de collaborer à cet acte sous peine de graves sanctions ?

 

Voilà ce qui se passera à coup sûr si vous et moi ne réagissons pas très vite.

 

Les députés vont en effet se prononcer à nouveau sur l’allongement du délai légal pour se faire avorter…

 

… et sur l’abrogation de la clause de conscience des médecins !

 

S’il vous plait, signez tout de suite votre avertissement à Emmanuel Macron : « Non à une nouvelle loi sur l’avortement ! »

 

Le texte en question devrait être discuté début décembre, c’est-à-dire dans très peu de temps !

 

Vous comprenez pourquoi je vous dis que nous n’avons pas une minute à perdre.

 

En quelques mot voici les faits :

 

Vous vous souvenez que je vous ai demandé de réagir à plusieurs reprises contre la proposition de loi Gaillot.

 

Cette dernière prévoyait précisément d’allonger le délai pour recourir à une « IVG » de 12 à 14 semaines et de supprimer la clause de conscience des médecins.

 

Grâce à vous et à tous les amis de Droit de Naître, cette proposition de loi, la pire depuis la loi Veil, a été mis en échec au Sénat, puis à l’Assemblée nationale.

 

Mais, voilà maintenant qu’Albane Gaillot revient à la charge, cette fois avec le soutien de Christophe Castaner, le président du groupe macroniste, majoritaire à l’Assemblée nationale.

 

Lisez et signez la pétition 

Le texte en question devrait être discuté début décembre, c’est-à-dire dans très peu de temps !

 

Vous comprenez pourquoi je vous dis que nous n’avons pas une minute à perdre.

 

En quelques mot voici les faits :

 

Vous vous souvenez que je vous ai demandé de réagir à plusieurs reprises contre la proposition de loi Gaillot.

 

Cette dernière prévoyait précisément d’allonger le délai pour recourir à une « IVG » de 12 à 14 semaines et de supprimer la clause de conscience des médecins.

 

Grâce à vous et à tous les amis de Droit de Naître, cette proposition de loi, la pire depuis la loi Veil, a été mis en échec au Sénat, puis à l’Assemblée nationale.

 

Mais, voilà maintenant qu’Albane Gaillot revient à la charge, cette fois avec le soutien de Christophe Castaner, le président du groupe macroniste, majoritaire à l’Assemblée nationale.

La nouvelle proposition de loi portée par Albane Gaillot comprend exactement les mêmes horreurs que sa proposition précédente.

 

Premièrement, je vous le disais, elle prévoit l’abolition de la clause de conscience des médecins relative à l’avortement.

 

Concrètement, cela veut dire qu’un gynécologue pourrait être contraint de supprimer un bébé dans le ventre de sa mère sous peine d’être condamné pour refus de soins…

 

Pour ces gens-là tuer, c’est soigner !

 

Un tel cynisme est écœurant et je dois vous dire que je suis atterré quand je songe au choix cornélien auquel seront confrontés les futurs médecins…

 

Ils devront renoncer à leur vocation – car soigner est bien davantage qu’un métier – ou ils devront accepter de participer à un acte que leur conscience et le serment d’Hippocrate réprouvent.

 

Et puis, comme si cela n’était pas suffisant, la proposition de loi de Mme Gaillot comprend donc aussi l’allongement du délai légal pour se faire avorter.

 

Croyez-moi, faire passer le délai légal de l’ « IVG » de 12 à 14 semaines n’a rien d’anecdotique.

 

A ce stade, le bébé prend du poids, l’audition et les connexions neurologiques se développent et son sexe peut être déterminé avec certitude.

 

L’avortement à 14 semaines est « une opération sous anesthésie générale qui consiste à broyer les organes du (…) fœtus », a averti le docteur de Rochambeau, président du syndicat des gynécologue-obstétriciens.

 

« Pour faire sortir la tête ossifiée (du bébé) de l’utérus, il faut l’écraser avec une pince spéciale », a rappelé, quant à lui, le Collège national des gynécologues- obstétriciens français.

 

Contre une telle horreur, je vous demande de signer immédiatement l’avertissement adressé au Président de la République.

Je suis sûr que vous n’êtes pas dupe : l’allongement du délai légal de l’«IVG» n’est qu’une étape…

 

Il y a quelques temps déjà, la coprésidente du Planning familial, avait retwitté une tribune publiée sur le site

Slate.fr au titre évocateur « Le délai légal pour pratiquer une IVG est-il (vraiment) nécessaire ? »

 

In fine, ce que ces gens-là souhaitent, c’est l’avortement pour toutes sans aucune limitation d’aucune sorte et avec la collaboration obligatoire des médecins.

 

Ceci alors que plus de 220 000 enfants à naître sont supprimés par avortement chaque année en France !

 

Une telle fuite en avant n’est guère étonnante de la part du lobby de l’avortement…

 

En revanche, ce qui est scandaleux, c’est le soutien dont il bénéficie au sein de la représentation nationale.

 

Jusqu’à présent, c’est l’extrême gauche et les socialistes qui se faisaient les relais des revendications les plus extrêmes du Planning familial et de ses alliés.

 

Mais, maintenant voilà que le groupe majoritaire à l’Assemblée nationale se joint à eux par le truchement de son président, Christophe Castaner.

 

Pour éviter l’irréparable, je vous demande de signer l’avertissement adressé à Emmanuel Macron en cliquant sur le lien ci-dessous :

https://petit.io/petition/droit-de-naitre/stop-au-retour-de-la-loi-gaillot

La victoire que nous avons obtenue ensemble au Sénat puis à l’Assemblée nationale l’hiver dernier doivent nous encourager : notre mobilisation porte du fruit.

 

Le lobby de l’avortement sait que les élections approchent à grands pas et il fait le forcing pour imposer son agenda avant un éventuel changement de majorité.

 

Vous et moi devons donc être lucides : la bataille qui s’annonce contre la nouvelle proposition de loi Gaillot va être très rude.

 

Toutefois, les échéances électorales à venir sont aussi une opportunité pour nous : Emmanuel Macron n’a aucun intérêt à se mettre un dos toute une partie des Français à quelques mois de la remise en jeu de son mandat.

 

L’honneur de la médecine et des centaines de milliers de petites vies sont menacées…

 

Je compte sur votre participation !

 

Ensemble, pour le respect de la vie,

 

 

Georges Martin
Chargé de communication Droit de Naître

 

P.S : C’est urgent ! La clause de conscience des médecins est à nouveau menacée !

L’Assemblée nationale s’apprête aussi à rallonger le délai légal pour se faire avorter.

Un coup de pouce de votre part de 15, 20 ou même 30 euros, m’aiderait à payer de la publicité sur internet pour alerter les Français.

S’il vous plait, faites un don !

Merci !

 

 

 


Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :